Panorama de l’évolution du paysage bancaire

Un article de Hop Digital

Même les plus sérieux organismes d’étude ont du mal à y voir clair dans le paysage bancaire français aujourd’hui.  Il est donc logique de se demander ce que les utilisateurs y comprennent et de quelle manière ils appréhendent la Banque.

Trop d’offres bancaires

La réponse des usagers est tout aussi confuse, puisque les utilisateurs sont perdus au milieu d’une éclosion de nouvelles solutions :

  • Voyager sans frais de retrait, sans commission avec une néobanque ou avec Ultim de Boursorama,
  • Ouvrir un compte courant sans avoir à payer de frais de tenue de compte, oui mais où est le « loup », quels seront les frais à payer à côté ?
  • Avoir une carte de paiement Premium ou Gold gratuite : oui bien sûr mais que va-t-on vraiment gagner ?
  • Bénéficier des services d’une conciergerie qui répond à chacun de nos besoins à n’importe quelle heure de la journée et tous les jours, est-ce vraiment vrai ?
  • Quel est le niveau de sécurité de ces nouveaux acteurs qui reposent à 100% sur une application mobile et qui proposent parfois d’agréger tous nos comptes pour soi-disant mieux les gérer quand on sait que 92% des applis ont des failles de sécurité…

La raison d’être de ComparateurBanque

Force de ce constat, ComparateurBanque propose justement de rendre plus accessibles ces nouvelles offres en les étudiant, en les comparant, en sondant les utilisateurs, en analysant les avis clients ainsi qu’en testant les pires défauts énoncés dans les commentaires vérifiés…

Expliquer les offres et aider à économiser

Notre mission est de simplifier le choix d’un nouvel établissement bancaire et d’aider à réduire les frais inutiles. En effet, l’association 60 Millions de consommateurs dans une étude de 2018, révèle qu’en passant d’une banque traditionnelle à une banque en ligne, il est possible d’économiser près de 400€ par an de frais de gestion, de tenue de compte et d’accident bancaire.

La Meilleure banque n’existe pas

Un internaute qui suivra les conseils de ComparateurBanque en consultant les classements des banques par profil pourra donc réduire ses frais de banque de maximum 400€ par an.

Il faut résonner par profil Pourquoi par profil ? Car la solution bancaire idéale pour tous n’existe pas. La meilleure banque n’existe pas. Il y a la banque qui détient le plus de clients, celle qui réalise le plus de chiffre d’affaires, celle qui a gagné le plus de trophées… mais pour une institutrice qui voyage un peu à l’étranger il y aura certaines banques qui seront plus adaptées à son profil, pour un jeune qui fait ses études à Aix-en-Provence il y aura d’autres types d’établissements et pour un sénior, un freelance ou un chef d’entreprise il y aura encore d’autres options possibles.

La Fintech a bouleversé le secteur de la banque

ComparateurBanque a décidé d’appliquer la même méthodologie pour le secteur de l’assurance, du crédit et de l’épargne. C’est un total de 1800€ qui peuvent être économisés par an. Ce qui relie ces quatre secteurs est ce que l’on appelle la FinTech. C’est à dire le digital, qui s’est introduit dans l’univers poussiéreux de la finance pour le révolutionner.

Des frontières minces entre les acteurs

En France, il existe plus d’une centaine d’acteurs bancaires. Parmi eux se trouvent :

  • Les banques traditionnelles,
  • Les banques privées,
  • Les banques en ligne,  apparues il y a une dizaine d’années. Elles sont généralement sans frais de tenue de compte et sans agence physique.
  • Les néobanques, apparues il y a moins de cinq ans. Leur activité repose généralement sur une application mobile et elles sont moins chères que les banques classiques.

Lors d’une récente étude le cabinet d’audit KPMG a comptabilisé  18 néobanques actives que ce soit pour les particuliers ou les professionnels. De notre côté, nous recensons près de 25 néobanques et encore, nous sommes persuadés de ne pas avoir une liste exhaustive. Accéder à la liste des néobanques disponibles en France.

Cette dernière catégorie d’acteurs de la banque regroupe parfois des solutions de paiements (TransferWise ou Wirex), des cartes prépayées (Viabuy, Veritas), des solutions de cashback (Joko, Soshop), des agrégateurs de compte (Max ou Yolt), au milieu de « vraies » néobanques comme N26, Revolut, Anytime, Qonto et Orange bank… Et bien d ‘autres possibilités. La Fintech a le vent en poupe et les startup arrivent à lever beaucoup de fonds pour faciliter leur déploiement.

Les particuliers et la banque

Près de 8% des français ont un compte dans une banque en ligne. Ce qui dans l’absolu est faible et pourtant le nombre de clients dans les établissements non physiques ne cesse d’augmenter alors que les banques traditionnelles perdent leurs clients et voient leurs marges se réduire.  

Les noébanques ont séduit en deux ans seulement 2,6 millions de français.

Un français sur trois possède un compte dans plusieurs établissements. La part qui concerne les établissements non classiques est en constante évolution. C’est ce que l’on appelle la multi-bancarisation. Cela peut être gênant si elle est mal gérée car elle peut occasionner la duplication de frais inutiles. Il est donc préférable de bien se renseigner sur l’établissement en question avant d’y ouvrir un compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *