KakaoBank : comment un réseau social s’est imposé dans la fintech sud-coréenne

KakaoBank : comment un réseau social s’est imposé dans la fintech sud-coréenne

Un article mindFintech

Lancée en Corée du Sud en juillet 2017, la banque en ligne de l’application mobile KakaoTalk s’est très rapidement fait une place sur le marché. Elle dégage aujourd’hui ses premiers bénéfices.

En Corée du Sud, l’application de messagerie KakaoTalk a su résister face à l’essor de WhatsApp et Messenger sur son marché domestique : elle y revendique 44 millions d’utilisateurs actifs mensuels, pour une population de 51 millions d’habitants. Le groupe KakaoTalk édite aussi des applications de transport, jeux mobiles, contenus musicaux et de vente d’e-books.

Tout comme Facebook, le réseau social sud-coréen cherche à multiplier les points de contact avec ses utilisateurs et diversifier ses sources de revenus, afin de réduire sa dépendance à la publicité. Quel que soit le domaine, sa recette pour lancer de nouveaux produits s’appuie sur quatre avantages concurrentiels : une base d’utilisateurs incomparable à l’échelle du pays, une utilisation à travers tout le pays et par toutes les couches de la population, un accès inégalé et massif à des données utilisateurs et des coûts d’acquisition réduits au minimum.

Les services financiers sont rapidement apparus comme un secteur où KakaoTalk pouvait s’imposer, grâce aux synergies entre ses différents services et à la force de son image de marque. En juillet 2017, après l’obtention d’une licence bancaire, le réseau social a donc lancé sa banque mobile sous le nom de KakaoBank, en partenariat avec des acteurs établis du secteur des services financiers, des e-commerçants et le géant chinois Tencent.

Le paiement entre amis en moins de 10 secondes

KakaoBank propose une offre bancaire 100% mobile, se distinguant par son ergonomie et la qualité de son expérience utilisateur : deux domaines où l’expertise des équipes du réseau social a été déterminante. C’est aujourd’hui l’application bancaire la plus téléchargée du marché sud-coréen, devant celle de KB Kookmin Bank, leader historique de la banque dans le pays, par ailleurs actionnaire de KakaoBank.

Le service qui bénéficie le plus des liens avec KakaoTalk est le paiement entre amis, possible en moins de 10 secondes, grâce à la connexion avec le carnet d’adresses de l’utilisateur. KakaoBank propose aussi une ouverture de compte en 7 minutes, en raison d’un KYC simplifié par l’intégration avec KakaoTalk ou le transfert d’argent à l’étranger en 3 minutes, à des tarifs dix fois inférieurs à ceux du marché. Le service client est opéré par chat, chatbot (34% des requêtes) et via des centres d’appel (453 agents en juillet 2018).

La banque mobile propose en outre des cartes bancaires physiques, qui arborent les dessins des très populaires, mascottes de la messagerie KakaoTalk : 8,3 millions d’entre elles ont déjà été émises. “Certains clients ont dû attendre trois mois pour recevoir leurs cartes, en raison du succès inattendu de l’offre”, a reconnu Hoyoung Yun, son CEO, qui s’exprimait début juin à Amsterdam, lors de la conférence Money2020 Europe.

8,6 millions de dollars d’encours de crédit

KakaoBank s’est aussi lancée avec succès dans le crédit à la consommation, en proposant des micro-crédits validés en une minute, grâce aux données dont dispose l’entreprise sur ses clients. KakaoBank a ainsi émis l’équivalent de plus de 8,6 millions de dollars de crédits à la consommation, pour plus de 13,7 millions de dollars de dépôts.

Au premier trimestre 2019, la néo-banque sud-coréenne a annoncé avoir dégagé les premiers bénéfices de son existence, après plusieurs trimestres de pertes : l’équivalent de 5,8 millions de dollars. “Nous ne vendons pas des produits, nous apportons des solutions à des problèmes que rencontrent nos clients”, explique Hoyoung Yun. Selon lui, c’est cette approche qui permet à KakaoBank de faire la différence sur son marché.

En moins de deux ans d’activité, la banque mobile a déjà généré 9,3 millions d’ouvertures de comptes (soit 33% de la population active en Corée du Sud), dont plus d’un million dès la première semaine. Ces clients s’ajoutent aux 28 millions d’utilisateurs du service KakaoPay, ouvert quelques années plus tôt. Une performance, même dans un pays où la multi-bancarisation est la norme : K Bank, l’autre banque en ligne du marché, lancée quelques mois avant Kakao Bank par l’opérateur télécoms KT Corp., peine à dépasser le million de clients.

Un écosystème complet de services financiers

“L’idée du groupe KakaoTalk est de basculer d’une application de messagerie vers un écosystème complet de services”, assure Hoyoung Yun : la fintech est l’un des axes de développement les plus prometteurs pour l’entreprise, aux côtés du divertissement et des licences de produits dérivés.

Pour des raisons réglementaires, KakaoTalk ne pouvait détenir qu’une part minoritaire de sa filiale lors de son lancement : le réseau social s’est donc allié à un établissement bancaire établi, Korea Investment Holdings, qui détient 50% de Kakao Bank, ainsi qu’à Ebay (4%), Tencent (4%) et à la Poste sud-coréenne (4%), notamment. La loi a récemment changé et KakaoTalk a déjà exprimé son intention d’accroître sa participation dans la banque qui porte son nom, via une augmentation de capital : de quoi apporter aussi des moyens supplémentaires pour accélérer le développement de l’entreprise.

En attendant, KakaoBank étend progressivement sa palette de services financiers, notamment avec des outils d’investissement pour ses utilisateurs, mais aussi des services pour d’autres fintech, en BtoB. Les équipes de la banque se préparent également aux prochaines évolutions technologiques : après le mobile, elles anticipent le développement des services vocaux, au travers des enceintes intelligentes.

LES CHIFFRES CLÉS DE KAKAOBANK


9,3 millions de comptes ouverts en deux ans (un tiers de la population active sud-coréenne)
8,3 millions de cartes bancaires émises
L’équivalent de 13,7 millions de dollars de dépôts, 8,6 millions d’encours de crédits
Un résultat net de 5,8 millions de dollars au premier trimestre 2019
34% des requêtes du service client gérées par un chatbot

par Benoît Zante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *